Bitcoin

Bientôt la naissance d’un bitcoin grec ?

Certains membres du gouvernement avaient émis l’idée que dans un contexte de crise de l’euro, une monnaie virtuelle serait une solution à envisager. Cette idée permettrait de ne pas creuser davantage la dette tout en permettant de bénéficier de liquidités suffisantes pour continuer à croître. Très intéressée par le bitcoin, la Grèce pourrait bien être à l’origine d’une nouveauté dans le domaine.

La solution à la crise grecque ?

La plateforme Bistamp2Encore uniquement une idée, pour la Grèce, utiliser le bitcoin lui permettrait de ne pas se trouver en défaut de paiement par rapport à sa dette et de plonger tout le pays dans un état de chaos. Le bitcoin apparaît comme un élément qui pourrait renverser la vapeur car il permettrait de combler les premières dettes avant de trouver des solutions plus profondes pour réformer l’économie entière du pays.

Un plan est même prévu pour encourager les habitants à utiliser ce bitcoin grec en offrant un crédit d’impôt à ceux qui seraient en mesure de le conserver au moins pendant deux ans. Ces deux mesures combinées devraient pousser les grecs à préférer le bitcoin à l’euro, permettant à la monnaie européenne de retrouver la stabilité dans le pays. Ce choix ne pèserait en aucun cas sur le pouvoir d’achat des grecs et semble donc la formule idéale.

La Grèce croit aux mirages

Le projet CircleSi en théorie l’idée a l’air idéal, elle oublie les conditions d’utilisation de cette monnaie virtuelle. Contrairement aux devises, elle possède un seuil de 21 millions au-delà duquel il est impossible d’en produire davantage. Or, nul n’est en mesure s’affirmer si ces 21 millions d’euros pourraient suffire à redresser la Grèce d’autant que ce chiffre est à comprendre de façon mondiale. La part de la Grèce serait donc très faible et ressemblerait plus à un pansement qu’à une réelle solution pour remettre le pays sur les rails.

Le bitcoin n’a jamais été créé en vue de devenir une devise d’un état à part entière mais est davantage destiné aux personnes qui souhaitent avoir un moyen supplémentaire de payer leurs achats et d’augmenter son pouvoir d’achat. Le choix de la part de la Grèce ressemble davantage à une façon de se défiler par rapport à ses obligations en évitant de régler le problème de fond de l’euro. La Grèce doit revoir sa politique monétaire et ne pas chercher à intégrer une autre monnaie.

Restez branché
Recevez les dernières actualités Bitcoin, les analyses du marché, l'évolution du cours...
Publié le 12 mars 2015 0 like

Réagissez à cet article :